La servante écarlate : LA SUITE !

Depuis 1985, La servante écarlate de Margaret Atwood n’avait connu aucune suite, au plus grand dam de ses lecteur.ices. Plus de trente ans plus tard, l’autrice nous l’offre enfin avec Les testaments.

Détour (nécessaire) sur le premier tome : La servante écarlate

Si La servante écarlate a connu un si grand succès lors de sa sortie et connait un tel regain de popularité ces dernières années, c’est parce que l’autrice nous livre ici une oeuvre dystopique qui glace le sang de par le réalisme de la République de Galaad.

Dans cette oeuvre, on suit Defred, une servante. C’est à travers son regard que l’on évolue au fil des pages et que l’on prend conscience de l’ampleur du phénomène de Galaad. Au sein de cette République, la religion est omniprésente et régit tous les rapports entre les individus. Les femmes sont totalement asservies et divisées plusieurs catégories: les Epouses, les Marthas, les Tantes et les Servantes.

Le rôle des servantes est clair: pour faire face au taux extrêmement faible de natalité, l’avortement est proscrit et leur rôle est la reproduction humaine. Chaque famille est dotée d’une servante, qui est jugée fertile et qui doit mettre son corps au service d’un Commandant et de son épouse.

La servante écarlate raconte l’histoire de Defred en tant que servante, son quotidien au sein de Galaad, son extrême soumission et dépendance aux autres individus, tant physique que morale. Grâce à ses souvenirs, on découvre également son passé, sa famille au sein de laquelle figurait son époux et sa fille, de qui elle a été brutalement séparée et dont elle ignore tout. Sa vie est entièrement consacrée à la satisfaction des désirs de la famille à laquelle elle est assignée: elle a le choix entre ressasser le passé et rêver de liberté…

La création d’un monde pas si irréaliste…

Dans ce roman dystopique, Margaret Atwood a signé une oeuvre effrayante et s’est magistralement emparée de la question de la condition de la femme et de ses droits. Par le biais d’un monde a priori surréaliste et inenvisageable, elle démontre à quel point les libertés sont fragiles et peuvent être totalement abolies. Ce roman est encore actuel, tant il résonne fortement avec les régressions auxquelles on fait face dans de nombreux Etats…

Les testaments: l’immersion au sein de Galaad

Après tant d’années d’attente, Margaret Atwood publie enfin une suite à La servante écarlate. Dans ce second tome, nous sommes quinze ans après et on entre enfin dans la République de Galaad, par le biais de trois personnages féminins. Deux d’entre elles sont des adolescentes, dont l’une a grandi dans Galaad en étant la fille d’un Commandant très riche et l’autre au Canada, qui combat Galaad et son existence. S’ajoute la troisième femme qui est une Tante, l’un des bourreaux du régime qui a contribué à sa création et qui veille à son bon fonctionnement.

La République de Galaad en danger

Les testaments livre les secrets de Galaad, dévoile ses rouages et la corruption qui la gangrène. Ce régime menace de tomber, le Canada fait son maximum pour le décribiliser et le dénoncer. Il recueille toutes les personnes qui ont réussi à s’enfuir et leur offre une protection. Plus encore, une organisation secrète d’infiltré oeuvre quotidiennement pour démanteler cette République et libérer cette population opprimée: « Mayday ».

Ce roman s’empare clairement de cette lutte et chacune des héroïnes, à sa manière, va contribuer à la fragilisation de ce régime. On l’aura compris, leur rencontre va bousculer bien des choses…

Une fenêtre sur Galaad et son fonctionnement

L’aspect le plus important de ce deuxième tome concerne la possibilité de comprendre le fonctionnement de Galaad, de sa création à son régime actuel, le rôle de chacun des protagonistes.

Ainsi, on comprend très vite que Galaad a été construit dans la terreur et la violence, arrachant les individus de force de leur vie en les menaçant de mort. Chaque personne a été assignée à un rôle : les Epouses sont les femmes des Commandants, les hommes riches et puissants; les Marthas, qui s’occupent des tâches ménagères chez les Epouses; les Econos, les femmes des commandants pauvres, et les servantes, qui sont serviles et dont le corps ne sert qu’à se reproduire. Il y a enfin les Tantes, qui sont éternellement célibataires et consacrent leur vie à étudier, à oeuvrer pour le bien de Galaad. Elles sont également les institutrices des enfants: elles sont le relai quotidien des principes abjects de cette République. Enfin, il y a les Perles, qui sont des Tantes en devenir et qui ont pour mission principale d’aller à l’étranger pour faire oeuvre de prosélytisme et de recruter des nouvelles personnes.

Les Tantes jouent un rôle extrêmement important puisqu’elles ont contribué à la création de cette République et en connaissent les moindres secrets. Dans Galaad, tout est filmé, rapporté, entendu: clin d’oeil à Big Brother de 1984.

Si le second tome est passionnant, c’est pour cette fenêtre qu’il ouvre sur Galaad, pour le destin croisé de ces trois femmes.

Le régime instauré fonctionne grâce à la corruption et à une violence constante et insoutenable: Margaret Atwood démontre en cela qu’il ne s’éloigne pas tellement des régimes que l’on connait aujourd’hui.

Un roman favorisant l’émancipation des femmes

Ce qui est indéniable, c’est que Les Testaments met en exergue trois femmes, au passé entièrement différent, qui vont tout faire pour s’accomplir et se battre pour leurs convictions, quitte à être en illégalité et en contradiction avec les principes généraux de Galaad. Quitte à risquer leur propre vie.

Ce roman est une lutte initiée et menée par des femmes, ce qui n’est que le juste retour des choses: les opprimées décident de ne plus accepter l’ordre établi à leur détriment, de ne plus se soumettre, de ne plus subir. Mais quel est le prix de cette témérité ?

Cette duologie de Margaret Atwood traverse les décennies et reste on ne peut plus contemporaine. Son actualité est saisissante : si les libertés sont acquises, elles ne sont pas de facto éternelles. Il faut oeuvrer pour qu’elles le restent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :